Les grandes Fêtes

L’après guerre

photo3

L’ouverture des frontières et l’évolution de la société, provoquée par la seconde Guerre Mondiale, tend à effacer la culture bretonne et ses traditions. La première manifestation d’après-guerre en 1947 n’est qu’une fête folklorique de 4 heures. Malgré l’attitude de certains mouvements indépendantistes bretons, François Bégot, Pierre Jakez Hélias et Jo Halleguen décident de relancer en 1948 les « Grandes Fêtes de Cornouaille » avec le soutien de Louis Le Bourhis. Celles-ci prennent la suite de la « Fête des Reines ».

Le programme de cette première édition prévoit alors un seul jour de fête, le quatrième dimanche de juillet ! Cette première édition d’après-guerre en 1948 bénéficie toutefois du foisonnement généré par des gens comme Polig Montjarret, fondateur du premier bagad, celui des cheminots de Carhaix. Ce sont aussi les balbutiements de Bodadeg ar Sonerion et de ce qui deviendra Kendalc’h. C’est l’édition de la première Abadenn Veur et du premier Triomphe des Sonneurs. Les 6 derniers sonneurs de Bretagne ainsi que 200 participants sont présents, rassemblant environ 10 000 personnes au théâtre de verdure (Mont Frugy).

Une semaine de fête

photo4

L’élection de la Reine de 1948 pose quelques problèmes. En effet, âgée de seulement 16 ans, Monique Jack est élue. Mais pour être devenue Reine de Beauté, elle est très critiquée par le Clergé. Suite à cet incident, il s’en est fallu de peu pour que les Fêtes de Cornouaille se déroulent sans élection à partir de 1949. C’est à partir de cette année toutefois que les Fêtes prennent davantage d’ampleur : elles s’étalent sur près d’une semaine, du 17 au 24 juillet. Cette manifestation se base plus sur les cercles celtiques que sur les Reines représentant diverses communes de la Cornouaille. Par la suite, de nombreux groupes folkloriques se créent et s’organisent.

Première manifestation culturelle

photo5

La jeunesse bretonne porte désormais le costume breton avec fierté. La Bretagne et précisément Quimper se fait connaître à travers le monde. C’est l’époque où la Bretagne devient un lieu attractif pour le tourisme national et international. Les Grandes Fêtes de Cornouaille ne se limitent plus au folklore breton et à la tradition populaire mais elle s’étend aux spectacles dramatiques, œuvres musicales bretonnes, expositions, ou encore aux conférences sur la Bretagne. Dans le même temps, dès 1950, les Fêtes s’ouvrent à la rencontre avec d’autres cultures du monde.

Les Fêtes de Cornouaille deviennent en quelques années la première manifestation culturelle bretonne et une des plus importantes au niveau européen : c’est la référence, le must de la culture bretonne !

Facebook