Plik ha Plok

« Plik ! » son des clapotis, gouttelettes et jaillissements. « Plok ! » Récit musical éclaboussant de poésie et d’humour. « Plik ha Plok » une ballade musicale humide et merveilleuse au cœur de l’eau. Une rivière n’a hélas pas la vie d’un long fleuve tranquille. De sa source à la mer, ses problématiques sont nombreuses. L’eau, notre bien commun, nous pousse à réfléchir sur la force de la nature et le respect qu’elle nous impose. L’eau, source véritable de vie sur terre, doit cohabiter avec l’homme qui se nourrit, se lave, boit. L’homme qui la souille, l’homme qui la nettoie…

– Spectacle musical bilingue breton-français et multilingue de Morwenn Le Normand et Roland Conq

« Plik ! » son des clapotis, gouttelettes et jaillissements. « Plok ! » Récit musical éclaboussant de poésie et d’humour. « Plik ha Plok » une ballade musicale humide et merveilleuse au cœur de l’eau. Une rivière n’a hélas pas la vie d’un long fleuve tranquille. De sa source à la mer, ses problématiques sont nombreuses. L’eau, notre bien commun, nous pousse à réfléchir sur la force de la nature et le respect qu’elle nous impose. L’eau, source véritable de vie sur terre, doit cohabiter avec l’homme qui se nourrit, se lave, boit. L’homme qui la souille, l’homme qui la nettoie…

– Spectacle musical bilingue breton-français et multilingue de Morwenn Le Normand et Roland Conq

400ème anniversaire de la naissance de Molière

Je ne raconte pas n’importe quoi sur Molière, puisque Molière c’est moi !

C’est à la fois très simple et très compliqué. Molière s’est réincarné en moi. Je meurs quasiment en scène lors de la quatrième représentation du «Malade imaginaire » Après ça je reviens à la vie sous différentes formes tout au long des siècles qui suivent ma mort. Sous la forme d’un perroquet par exemple, aux plumes jaunes et vertes rappelant les couleurs du costume de Sganarelle. Ou encore sous la forme d’un garçon à New York, engagé dans l’armée je pars au Vietnam en 1968, je saute sur une mine, et je meurs.  Je reviens à la vie sous forme d’une fillette en Bretagne, à Douarnenez. Je découvre les joies du théâtre le jour où l’on me demande de jouer le rôle de Scapin en classe de cinquième, au collège Jean-Marie Le Bris. Je prendrai des cours de  théâtre à la MJC, et poursuivrai des études au Conservatoire d’Art Dramatique à Rennes. Depuis lors, j’ai mis au coeur de ma vie, le plaisir de raconter les gens, le monde, en jouant, en  chantant, en écrivant.

Et voilà, la boucle est bouclée. Voilà pourquoi Molière c’est moi !

Avec Nolwenn Korbell

Texte : Françoise Thyrion

Traduction en breton : Sten Charbonneau  / Direction Artistique : Michel Valmer

Elsa Corre : écriture, composition, chant et petites percussions

Hélène Jacquelot : écriture, composition, chant et petites percussions

«Cette histoire a des allures de conte, où chaque étape du voyage est une rencontre avec un personnage aussi merveilleux qu‘étrange…

Sur notre chemin, nous avons rencontré 7 géantes.

Chacune détenant sa lubie, sa particularité, sa beauté et sa réponse à la vie.

Chacune nous a offert un monde enchanté où bien souvent le jeu est roi et où l‘enfance est reine. »

Les géantes sont les héroïnes des chansons qu’Elsa Corre et Hélène Jacquelot ont écrites et composées. Leurs rencontres constituent ainsi le fil rouge du nouveau répertoire de Duo du Bas tel un road-movie extravagant. Toujours très attachées à l’exploration musicale autour de leurs deux voix, des langues et des objets du quotidien  qu’elles aiment détourner au profit du rythme et de la poésie, elles vous proposent un concert plein de surprises et de fantaisies ordinaires.

« La tradition c’est la transmission du feu, et non l’adoration des cendres ».

Dañsomp ar vro, en breton « Dansons le pays »…  C’est bien là l’ambition de cette création portée par les jeunes ambassadeurs du pays d’Auray. Danser son pays, dire qui l’on est et savoir où l’on va. Créer des passerelles entre hier et aujourd’hui, entre réalité et fantastique… Trois tableaux pour naviguer dans les émotions de l’enfance. Hier, aujourd’hui, demain. Tous, nous jouons, nous imitons, nous imaginons…  Des enfants porteurs d’émotion et de tradition. Des héritiers pleins d’insouciance et d’espérance

Avec

Les enfants des associations Festerion ar Brug de Pluneret et Kevrenn Alre d’Auray

costumes, chorégraphie et scénographie : Claire-Estelle Camenen, Gaëlle Combaud, Morvan Jégou, Yann-Vari Le Doussal, Yann Le Grouyellec, Sandrine Le Rozelier, Lauriane Martinet, Kristell Jaffré, Yuna Melennec, Annie Raulo, Carole Travers. Musiciens : Jean-Pierre Le Rallic (saxophone), Laure Montier (accordéon chromatique), Barbara Boccoli (violoncelle, chant), Helori François (percussions), Meriadeg LorhoPasco (clarinette), Emmanuel Travers (guitare acoustique et trompette), Malo Saout (bombarde), Helori Saout (Cornemuse), Ange Moreau (biniou koz).

Sur la scène, 40 artistes et plus de 200 costumes

Soñj est la nouvelle création des Nuits de la Bretagne ; un spectacle dansé qui entraîne le spectateur dans un univers puissant et poétique, fermement chevillé à la Bretagne et toujours tourné vers l’horizon. Les deux grandes confédérations bretonnes de danse se sont associées pour réunir en un temps les savoir-faire, les imaginations, les énergies, les passions… Ce spectacle puise son inspiration dans les symboles forts de la Bretagne, en résonance avec le Code de Marque Bretagne.

Sonj, ou comment dire la Bretagne :

La Bretagne imaginaire : la magie (mégalithes, romantisme, féerie…), la mort (Ankoù, lavandières de la nuit…), la ferveur (incantations, superstitions…), le monde sauvage (les animaux…). La Bretagne du collectif : la force du groupe (chant, énergie, danse communautaire…), la communauté au travail, les luttes (luttes sociales, résistances, affrontements…), la procession (harmonie, prière, communion…) La Bretagne des éléments : mer, terre/feu, air/vent

La Bretagne ouverte : évolutions générationnelles, le renoncement de la coiffe, le fest-noz rêvé…

Direction artistique : Gwenaël Le Viol, Solenn Boënnec, Noalig Tanguy, Isabel Tassin / Direction musicale : Etienne Chouzier

Avec Rozenn Talec, Ewen Couriaut , Lionel Le Page, Dina Rakotomanga, Kevin Schmid, Thomas Kerbrat, Mathilde Chevrel

Production : Confédération Kenleur

Sur la route de Youenn Gwernig 

Théâtre en breton

Né à Scaër en 1925 et décédé en 2008, Youenn Gwernig a été tout à la fois sculpteur sur bois, sonneur, poète, écrivain (en trois langues : breton, français et anglais), comédien et chanteur. Exilé à New-York avec sa femme et ses trois filles, il rencontre les auteurs de la Beat Génération et en particulier Jack Kerouac. De retour au pays, il milite et chante pour soutenir les conflits sociaux et les combats culturels qui agitent la Bretagne. Il est également nommé responsable des émissions en breton à la RTB à Rennes, et c’est là que Goulc’han Kervella, l’auteur et metteur en scène, a choisi de situer la pièce ;

Dans le studio, on filme en direct une émission consacrée à ce « foeter-bro », cet « ange vagabond qui a traversé le siècle et l’océan, emportant avec lui sa langue et sa culture ». Le spectacle montre des extraits de sa vie (Libération, exil en Amérique, luttes sociales en Bretagne, créations littéraires et théâtrales, émissions de radio et de télévision), il permet d’entendre en direct une douzaine de chansons du poète. Le public sera amené à participer à l’émission.

Mise en scène : Goulc’han Kervella

Musique (création, adaptation et interprétation) : Tangi Ar Gall-Carré & Erwan Moal Chanteurs : Tangi Merien, Typhaine Corre, Erwan Billant

Musiciens : Tangi Le Gall – Carré (accordéon) et Erwan Moal (guitare)