HOMMAGE À YANN FAÑCH KEMENER

Théâtre de Cornouaille - 22/07/2022 - 21H00

Ce spectacle rend hommage à Yann-Fañch Kemener, décédé le 16 mars 2019 à l’âge de 61 ans. Hommage à une voix ancrée en Bretagne. Hommage à un passeur de gwerziou, soniou, kan ha diskan, qui venaient de loin. En véritable ethnologue, le chanteur armoricain puisait dans le riche patrimoine de la musique bretonne transmise oralement. C’était un poète. Son dernier album en témoigne : avec Roudennoù (les traces, les voies en breton) le chanteur rend hommage aux poètes bretons et à leurs textes.

Yann-Fañch Kemener a été récompensé plusieurs fois du grand prix du Patrimoine par l’académie Charles-Cros : pour l’album Chants profondsde Bretagne Vol.2 en 1982 et pour l’album Ar Baradoz en 2018. Lors de la grande aventure de l’Héritage des Celtes, il fait la rencontre de Didier Squiban avec qui il a enregistré 3 albums. Au théâtre, il rend notamment hommage, seul sur scène, au poète breton Armand Robin, dans une mise en scène de Madeleine Louarn.

« Les artistes qui ont croisé sa route se souviennent de ce personnage jovial, exigeant et passionné. Il laisse derrière lui des compagnons de route qui auront à cœur de continuer à porter la voix des cultures de Bretagne dans la société. Pour ce concert, j’ai souhaité réunir des artistes qui ont partagé des tranches de vie avec Yann-Fañch. D’abord des voix : Anne Auffret, Annie Ebrel et Erik Marchand ont tout trois partagé la scène avec Yann-Fañch.

En kan ha diskan ou en concert, il était important pour moi de retrouver les partenaires qui ont marqué sa carrière. Yann-Fañch chantait a cappella, mais aimait être accompagné. Dès les années 80, avec Barzaz, il a mis mettre sur scène les gwerzioù et les danses de son Centre Bretagne natal. Il a continué avec l’Héritage des Celtes, Didier Squiban, Aldo Ripoche, Sylvain Barou, Erwann Tobie ou Heikki Bourgault. L’équipe s’est donc constituée autour d’instrumentistes avec lesquels il a partagé la scène. Le texte était essentiel dans son œuvre. En breton d’abord, sa langue maternelle, puis en français. Ses spectacles ont toujours eu cette caractéristique de voir éclore entre les chants, des poésies, des textes qui venaient illustrer le propos de ses spectacles. C’est Achille Grimaud, avec lequel il avait travaillé, qui a écrit une partie des textes de ce concert. À partir des souvenirs de chacun, il a construit le fil rouge de ce spectacle. »

Clément Le Goff

Avec

Anne Auffret (chant)
Annie Ebrel (chant)
Alain Genty (basse fretless)
Achille Grimaud (récitant)
Gilles le Bigot (guitares)
Clément le Goff (bombarde / veuze)
Alan Letenneur (trompette / clarinette)
Erik Marchand (chant)
Aldo Ripoche (violoncelle)
Florence Rousseau (harmonium)
Jean-Michel Veillon (flûtes traversières)

Direction Artistique : Clément Le Goff

Coproduction : Théâtre National de Bretagne – Festival de Cornouaille

Tarif : 20€