Fête des Reines

Naissance d’un évènement…

photo

En 1922, à l’occasion de l’inauguration de son cinéma « l’Odet Palace » à Quimper, Louis Le Bourhis invite les Reines des villes voisines, notamment la Reine des Filets Bleus de Concarneau, la Reine des Ajoncs d’Or de Pont-Aven et la Reine des brodeuses de Pont l’Abbé, les faisant défiler de la gare à la salle.

Devant le succès rencontré par cette manifestation, il décide de créer, avec l’appui des commerçants quimpérois : « la Fête des Reines ». L’idée est de désigner « la jeune fille idéale de la plus belle des Provinces ». Louis Le Bourhis veut montrer que la Bretagne et plus particulièrement Quimper peut être le théâtre d’une grande fête populaire et peut se mobiliser en faveur d’une culture bretonne encore à des railleries provinciales (culture de « ploucs ») ou autres bécassinades.

Les reines à Quimper

photo2

Le 30 septembre 1923, les reines des différentes fêtes ou comités de Cornouaille sont attendues à la gare de Quimper pour une parade dans la ville. Les agapes se poursuivent au bois de l ‘ancien séminaire. Les bardes bretons Taldir, Jafrennou ou Botrel sont présents ainsi que les « fins danseurs » de Plozevet. Puis l’élection de la Reine et de ses demoiselles d’honneur se déroule aux Halles, devant plusieurs milliers de spectateurs. L’heureuse élue est Marie Guirriec de Quimper, choisie par ses consoeurs. Un mode d’élection qui perdurera jusqu’en 1949. Après un banquet de 300 convives, sous le son du piano et du violon, la journée s’achève par un bal à l’Odet Palace lors duquel le Charleston se mélange à la Gavotte. Cette journée est un succès !

La formule créée par Louis Le Bourhis est populaire et se maintiendra jusqu’à la veille de la seconde Guerre Mondiale, sa date étant simplement avancée au quatrième dimanche de juillet – jour où il fait toujours beau, dixit les anciens – dès 1926.

Facebook